Vous êtes dans : Accueil > Découvrir > Économie locale > Les secteurs d'activités > Pêche > Histoire du port

Histoire du port

Le port et l'activité maritime de Loctudy

L'activité maritime de Loctudy est relativement récente.
De Loctudy même, car elle était florissante lorsque la commune s'étendait jusqu'à Pont l'Abbé et alors les bateaux et les marins très renommés sur les mers avaient Pont l'Abbé et l'Ile-Tudy pour port d'attache.

A la fin du 18ème siècle au sortir de la révolution, pas un seul pêcheur n'était recensé à Loctudy, commune agricole et légumière par excellence.
Il n'y avait que quelques matelots-paysans. Ainsi la vocation maritime de Loctudy ne se concrétisera que plus d'un siècle plus tard avec la venue à Kérazan en 1813 d’Édouard LE NORMANT DE VARANNES, le fondateur du port de Loctudy.En effet, sous sa houlette, en l'espace de 30 ans, donc une bonne partie sous la restauration 1814-1830, Loctudy va devenir la commune pilote du Pays Bigouden, sur terre avec la pomme de terre, mais aussi sur mer : Chantier naval, pêche.
La grève d'échouage, face au manoir de la Forêt, contraint les charrettes à rentrer dans l'eau pour le déchargement. Aussi décide t' on en 1848 de construire une cale à Poulavillec.

Ce sera encore insuffisant le maire De Penfentenyo regrettant même l'argent enfoui dans cette construction étroite et en pente.
Du coup, un nouveau quai de 25 mètres est construit en 1872. C'est encore bien vite insuffisant, on demande 100 mètres ils en auront 50...Parallèlement à l'activité commerce, la pêche essentiellement la capture saisonnière de la sardine fait son apparition vers 1850 et se développe au fil des ans...

On assiste à un autre bond à partir de 1928 lors de la motorisation des bateaux.

Et enfin le grand changement au sortir de la seconde guerre mondiale en 1947 avec les malamoks de 15 mètres destinés au chalutage.

A partir de là, l'expansion maritime, port et bateaux est continue, comme celle du tourisme sans cesse croissant depuis le début du 20ème siècle ; alors que le secteur agricole suit la tendance inverse.